(L'Abbé Pierre)
(L'Abbé Pierre)

Les communautés sont des lieux d’accueil, de vie, de travail et de solidarité, qui fonctionnent sans aucune subvention et uniquement grâce à l’activité de récupération d’objets des compagnons. Cette autonomie financière permet aux communautés d’être innovantes et libres de leur parole.

  La personne accueillie à la communauté reste le temps qu’elle veut, avec pour seule obligation de respecter les règles de vie en commun. La communauté permet de se « refaire une santé », de retrouver les repères d’une vie sociale organisée et du travail. Elle procure la fierté de se sentir à nouveau utile et propose de donner un sens à la vie en se mettant au service des plus démunis.

  Toute communauté s’engage à satisfaire les besoins fondamentaux de chaque compagnon accueilli, de vivre dans des conditions d’hébergement, d’alimentation et d’hygiène décentes, en rendant possible une certaine intimité.

Le « travail » des compagnons, c'est-à-dire la récupération et la valorisation du matériel donné et collecté, n’a pas la même signification que dans l’économie de marché. Son but est bien la production de richesses, mais au service des personnes accueillies et des projets de solidarité. En effet, les compagnons, des hommes et des femmes accueillis au titre de « demandeurs d’aides et de soutien », deviennent des acteurs de projets au profit des plus démunis : les communautés donnent parfois naissance à des épiceries solidaires, participent à l’effort de la banque alimentaire, dépannent les familles en difficulté, etc.

Les communautés sont aujourd’hui au nombre de 117, et sont le symbole de la lutte contre l’injustice sociale par la mobilisation de bénévoles, de personnes accueillies et de responsables.